Roulez mieux, roulez moins cher !
Garages et promos
Devis en ligne
Carnet d'entretien
Le mag
Bons plans gratuits

Conseils entretien

C'est quoi ce témoin sur mon tableau de bord ?

21 mai 2015 | Vidange voiture
0
7
/vidange/information_fiches_pratiques_45.jpg

Conseils et explications sur le liquide de refroidissement.
Vidange voiture avec filtre à huile : indispensable au moteur de la voiture, le liquide de refroidissement assure une triple protection de ce dernier, contre les risques de surchauffe, contre le froid et le gel, contre la corrosion et des dépôts. Comment le choisir ? Quel type de liquide de refroidissement utiliser ? Quelques conseils pour aiguiller les automobilistes...

Les propriétés des liquides de refroidissement

--------------------------------------
Mise à jour de février 2013
--------------------------------------

Constitué d'eau, de glycol et d'additifs, le liquide de refroidissement peut avoir des propriétés physiques différentes en fonction de la teneur de ces composants. Les constructeurs privilégient pour chaque modèle tel ou tel liquide de refroidissement. Mais au moment d'acheter son bidon, il est en premier lieu essentiel de s'assurer de la présence sur l'étiquette de la norme NF R 15 601. Elle permet notamment d'être certain que le liquide va bien entrer en ébullition au dessus de 100° et ne geler qu'à température très basse, ce qui est le minimum requis. Cette norme de l'AFNOR classe les liquides de refroidissements selon le Type 1 (congélation inférieure ou égale à -15°, ébullition à 155°), le Type 2 (congélation à -18°, ébullition à 108°) et le Type 3 (congélation à -35°, ébullition à 155°). Une première indication à prendre en compte selon les conditions hivernales de la région où l'on vit et/ou les déplacements que la voiture va effectuer, été comme hiver.

Les composants des liquides de refroidissement

Cette différence tient au pourcentage de glycol contenu dans le liquide. Mais en cette matière, il faut encore distinguer les liquides de refroidissements à base de monoéthylène glycol (ou MEG), autrement appelé éthylène glycol ou glycol technique. Sa teneur varie généralement entre 30 et 50%. Il reste plus utilisé que le monopropylène glycol (ou MPG), avec des qualités calorifiques plus importantes. Plus toxique, particulièrement en cas d'ingestion, le monoéthylène glycol est plus biodégradable. La toxicité du liquide de refroidissement est également inscrite sur l'étiquette, avec la croix de Saint-André et l'indication de la teneur en MEG. Quant à l'eau, elle doit être déminéralisée, les sels minéraux pouvant logiquement favoriser la corrosion des circuits et la constitution de dépôts. Les additifs, eux, peuvent remplir plusieurs fonctions, aider à la stabilité thermique ou renforcer l'action anti-corrosion du liquide ; c'est le cas notamment des sels d'acides carbolixiques.

Ajouter du liquide dans son moteur, ou en changer

Pour mieux s'y retrouver, les liquides de refroidissement se distinguent par leur couleur (obtenue par colorants). Les verts et bleus indiquent que le bidon contient des produits d'origine minérale ; les jaunes et roses des produits d'origine organique, ayant d'ailleurs un degré de protection plus élevée. Cette distinction est importante dès lors qu'il est fortement déconseillé de mélanger les liquides de refroidissement. Mieux vaut donc bien choisir dès le départ ! En effet, le niveau ne se contrôle que tous les trois ou six mois. Passer en dessous du niveau minimum indique un problème sur le véhicule, qu'il s'agisse d'une fuite, d'une durite fissurée… Pour rajouter du liquide, mieux vaut donc connaître celui qui est déjà présent dans le radiateur, d'où l'importance des carnets d'entretien tels qu'on les trouve sur Revisersavoiture. Le moindre doute nécessite la vidange complète du système, qui doit de toute manière être réalisée tous les 60 000 km.

Précautions

Si le monoéthylène glycol est plus toxique et peut attirer grâce à son goût sucré, il est d'une manière générale obligatoire de conserver tous les liquides pour la voiture hors de portée des enfants et des animaux. Dans tous les cas, la manipulation du liquide de refroidissement nécessite de se protéger. N'ouvrez d'ailleurs surtout pas le bouchon si le moteur est chaud.

Zoom sur le liquide de refroidissement

Le liquide de refroidissement est un fluide caloporteur. Son utilisation s'effectue au travers d'un circuit fermé pour surmonter les problèmes relatifs au chauffement de certaines pièces mécaniques lors du fonctionnement du système moteur : il capte la chaleur émise en diverses zones et l'achemine jusqu'au radiateur qui joue le rôle d'échangeur de chaleur avec l'air ambiant pour la faire refroidir.

1. Entretien

En dehors de sa prise en charge lors de la révision de votre véhicule, le niveau du liquide de refroidissement est à vérifier régulièrement tous les mois, et notamment avant tout long trajet pour éviter des surchauffements au moteur et les mauvaises surprises qui en découlent pour votre joint de culasse ou la culasse elle-même.

Ouvrez le capot et observez le vase d'expansion du liquide qui dispose d'une échelle de niveau extérieure permettant de contrôler la consommation : le liquide se voit en transparence et doit se trouver entre les témoins maxi et mini.

Le complément de liquide ne s'ajoute que lorsque le moteur est froid pour ne pas être ébouillanté. On trouve une grande variété de liquides de refroidissement dans le commerce : privilégiez celui recommandé par le constructeur qui convient le mieux à votre moteur.

Il est déconseillé de substituer le liquide de refroidissement par de l'eau ordinaire qui ne contient pas l'additif lui conférant la qualité de haute résistance à la chaleur ni la propriété antigel.

Le liquide perd ses propriétés avec le temps et le circuit de refroidissement doit être entretenu : une bonne vidange est à programmer périodiquement (purge trisannuelle). Demandez conseil à votre concessionnaire ou garage.

2. Liquide de refroidissement : problèmes éventuels

Si vous constatez une surconsommation excessive, c'est le signe d'une fuite, laquelle peut se manifester également à vous par une odeur inhabituelle quand vous utilisez le chauffage et se repère facilement par la formation d'un dépôt blanchâtre autour d'une durit ou d'un collier de serrage, de la pompe à eau ou du radiateur. Rendez-vous chez votre garagiste pour vérifier l'étendue des dégâts et qu'il procède à la réparation adéquate (colmatage ou changement de la pièce défectueuse).

Si vous constatez une augmentation du niveau du liquide dépassant la limite maximale, un bouillonnement anormal et la présence de résidus dans le vase d'expansion, le rejet d'une fumée blanche par votre pot d'échappement, c'est qu'il y a un problème (souvent le joint de culasse) et vous devez vous rendre immédiatement dans votre garage ou concessionnaire.

0 commentaire
Pour commenter cet article, vous devez être connecté
Se connecter Pas encore de compte? S'inscrire
Soyez le premier à commenter cet article

Les bons plans gratuits
pour votre auto